Lettre ouverte à une trentenaire humanitaire

Giulia et Valentina. Les soeurs Darth Vador. Des tempêtes de cris dans un océan de câlins. Des ascenseurs émotionnels version… 4 et 2 ans et demi. Jean qui rit et Jean qui pleure étaient des novices face à elles.Tu l’as voulue, tu l’as cherchée, tu l’as eue. Une expérience en immersion totale dans le monde merveilleux de la maternité. Humble observatrice, tu supportes ponctuellement ton amie dans son périple  mais tu es au premier rang dans ce merveilleux spectacle de l’enfance.

bonbonsCaillou et Dora sont devenus tes meilleurs amis. Leurs chansons ne te quitteront plus jamais. Tu es vouée à t’endormir tous les soirs que Dieu fait avec, en tête et en boucle, « J’m’appelle Caillouuuu »… Es-tu prête?

Cache-cache n’aura plus de secret pour toi. Tu découvriras qu’il est possible de se cacher uniquement en se couvrant les yeux et que ta progéniture sera surprise que tu la trouves derrière ses petites menottes alors qu’elle se croyait à l’abri, non pas une, non pas deux, mais 37 fois d’affilée. Es-tu prête?

Tu penses que lorsque tu as demandé à Giulia de quelle couleur était ton pantalon et qu’elle a répondu « moche », c’était mignon. Attends-toi à entendre la plus crue et intarissable vérité sortir de la bouche de ton enfant. Sans détour et sans ménage, il te rhabillera, te plaquera au sol et te piétinera sans vergogne. « T’es plus ma copine ». « T’es un caca » et le douloureux « pourquoi tu es vieille »? … Es-tu prête?

img_1114

Bonne chance lorsque tu chercheras la clé de la voiture, ton chargeur de gsm ou ta paire de boucles d’oreilles. Dans un univers parallèle, ils seront devenus colliers, trésors, serpent ou corde à sauter. Enfouis au plus profond des entrailles de la salle de jeu, tu devras surmonter les plus éprouvantes épreuves de Koh Lanta pour récupérer ton dû.

Ce que tu ne récupèreras jamais ce sont tes heures de sommeil. Si jamais tu venais à trouver le bouton qui met sur « silencieux » les pleurs à 3h du matin, les crises de nerfs à 5h30 ou les boudins du matin, tu serais élue femme du siècle. Pourquoi Valentina a-t-elle besoin de pleurer pour avoir un biberon juste quand tu te sens partir dans les bras de Morphée à 1H30? Pourquoi Giulia se réveille-t-elle au beau milieu de la nuit noire en scandant « he! je suis pas au milieu du lit, bougez-vous » en piétinant sa soeur et réveillant sa maman qui partagent sa couche? Mais tu souris quand même quand tu vois ton collègue sur facebook qui annonce fièrement que sa fille de quelques mois a dormi 7 heures d’affilées… il sait combien d’heures d’affilées tu peux dormir, toi?

img_1113

Peut-être parce qu’au fond de toi, tous ces désagréments sont effacés d’un revers de la main quand Giulia court dans les bras de sa maman pour un « bisou-câlin » ou quand Valentina éclate de rire en parlant son propre langage en attrapant sa tortue de ses petits doigts boudinés. Ou encore quand elles t’emmènent dans leur univers magique où elles deviennent des monstres et que tu dois sauver ta peau en simulant, la peur au ventre, que tu dois franchir la montagne de coussins pour ne pas qu’elles te dévorent…

Alors certes, le chemin est encore long pour que l’univers te désigne Maman de l’année. Certes, tu as des cernes rien qu’à regarder ta bande de copains lutter pour boire une bière avec toi à 18H30 un vendredi. Tu ne t’imagines pas troquer ta cape de Superwoman du Terrain contre celle de SuperMaman pour le moment et tu te réjouis de bientôt refaire pleurer les bébés africains dès qu’ils verront ta face de blanche. Tant que ce sont ceux des autres, qu’ils pleurent, te dis-tu!

En attendant, nous, on est pas pressé. Fais ton chemin. N’écoute pas ce que la société te raconte. Laisse les couches à tes amis et va sauver le monde. Amuse-toi avec Giulia, Valentina, Aymeric, Constance, Tom, Achille, Boulou, Max, Lisa, Eloïse, Margaux, Lucille, Arthur, Aurore, Céleste, Mame Diarra, Chloé, Olivia,… et toutes les cacahuètes en préparation…On t’attend au chaud.

Tendrement,

Gérard et Fernand,
tes ovaires.

The following two tabs change content below.
Céline
De la naissance à l'âge "adulte" en passant par l'adolescence, la planète a toujours été un petit mouchoir. Des parents nés en Afrique, des premiers émois vécus en Amérique Latine, des études "internationales" et puis un travail qui m'emmènent aux quatre coins du globe. Mais le retour est toujours le même: La Belgique. Avec ses bières, ses guerres intestines et sa pluie, ce sera toujours chez moi.
Céline

Derniers articles parCéline (voir tous)

  7 comments for “Lettre ouverte à une trentenaire humanitaire

  1. vengut
    17 novembre 2016 at 21:05

    Salut Madame, puisque l’on en dit plus mademoiselle…. quand est ce que tu les fais les gosses toi qui en meurt d’envie ?! Je ne pense que cela soit faire des gosses ou courir aux 4 coins du globe; parce qu’un gosse est tout un monde avec 1000 et 1000 autres coins encore. Et puis moi je cours toujours le monde, à tourner en rond autour de 4 coins en cherchant, en réalité les 996 autres. Mais moi je ne suis pas un exemple, trop tordu pour cela. Alors si t’es aussi tordue, peut être que l’on se reverra un de ces quatre dans un coin et qu’on parlera de ce qui nous manque.

    • Céline
      17 novembre 2016 at 21:22

      Salut M’sieur! Merci pour ton message! Ben Justement je suis pas sûre que je suis assez forte et courageuse pour affronter la maternité, figure-toi! Ahahha Contente de te savoir encore sur la route, si c’est là que tu te sens le plus heureux! En espérant, en effet, qu’on se recroise quelque part en 2017! Tu me trouveras au Sud Soudan à partir de janvier 😉 La bise!

  2. Coco
    18 novembre 2016 at 06:48

    Humanitaire et maternité ne sont pas forcément incompatibles! Simplement tu feras d’autres types de missions, dans d’autres pays, c’est tout. Quant au combat que cela représente, ma foi, si des millions -dont moi!!- s’en sortent, tu devrais y arriver aussi Non, il n’y a rien à faire: la seule et vraie question qui persiste, c’est de savoir avec qui. Et encore, le jour où tu le sais, tu ne te poses plus la question! Fuuuuull!!!!
    Ps: Maputo t’attend, n’oublie pas

    • Céline
      18 novembre 2016 at 08:58

      Je ne me sens pas encore pressée dans un choix « boulot ou marmots », plutôt dans une questions « est-ce que marmots il y aura? ». Je fais le travail dont j’ai toujours rêvé, le reste on verra après 🙂 Et oui, Maputo 2017, sans faute!!! Beso!!

  3. Tom
    18 novembre 2016 at 08:10

    Si tu sais affronter des généraux corrompus, des rebelles armés jusqu’aux dents, des sorciers Africains aux gris-gris ensorcelant… alors ton envie d’avoir des enfants, ton sens maternel qui se développera lors de ta grossesse, ton cerveau reptilien et ton âme profonde rattachée à la terre mère, te donneront et la force et le savoir nécessaire ! 🙂

    • Céline
      18 novembre 2016 at 09:00

      Les chefs rebelles ont l’air d’enfants de coeur à côté des morveux 🙂 Cela dit pour le moment je ne suis même pas sûre de vouloir avoir des enfants. Je vais déjà tester ce que c’est « d’avoir des délégués » et on verra après 😀 😀

  4. Noor Sabra Saleh
    18 novembre 2016 at 19:47

    « Tus hijos no son tu hijos, son los hijos de la vida »

    (KHALIL Jibran : Paroles, citations tirées de l’oeuvre de Gibran Khalil Gibran, édition bilingue, traduit par Mariam Laïb, Les éditions Al-Bouraq, Beyrouth, deuxième édition 2001)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *